DES NOMS DANS LA PIERRE


Une société touchée par le                           deuil

Une énorme entreprise

Le premier conflit mondial a laissé de nombreux stigmates sur les paysages, les hommes et les sociétés. Les ravages de la guerre se marquent dans les corps des mutilés et des"gueules cassées", dans la "zone rouge"où des dizaines de milliers d'hectares ne pourront être remis en culture, mais aussi et surtout dans la mémoire des hommes. Toutes les familles furent touchées par le deuil, par la perte d'un proche, particulièrement dans les zones rurales qui fournirent la majorité des fantassins, l'infanterie ayant connu le taux de pertes le plus élevé.

3600O monuments

De 1920 à 1925 furent édifiés en France 36000 monuments aux morts. Ils furent financés sur le budget des communes avec l'aide des subventions de l'Etat mais aussi la participation de leurs administrés: des souscriptions furent lancées et des quêtes réalisées par des associations de veuves de guerre ou d'anciens combattants comme le Souvenir français. Des concours furent parfois organisés pour départager les différents projets en  lice.

 

Des messages variés

Les monuments aux morts sont censés transmettre un certain nombre de messages, parfois peu cohérents, à ceux qui les regardent.

Si la plupart sont avant tout patriotiques, ils peuvent aussi évoquer la fraternité, le souvenir, la douleur et le deuil, le pacifisme parfois. 

Ces messages se révèlent à travers les mots, les personnages représentés, les symboles figurés mais aussi dans l'emplacement choisi par les autorités pour construire la stèle commémorative.